La phase de transition et l’inversion du primat du militaire sur le politique .

La confusion du politique et du militaire revient à la prédominance du rapport militaire dans la société. Cette prédominance est le legs de la guerre nationale de libération qui s'est voulu récupération des richesses "nationales". La révolution se veut réparation, plus étatique que sociale, de la spoliation coloniale : établissement d'une souveraineté "nationale" sur un … Lire la suite de La phase de transition et l’inversion du primat du militaire sur le politique .

Dérision, pouvoir et politique

1. La dérision comme arme populaire contre  la (politique en) dictature semble avoir été récupérée par le pouvoir militaire pour discréditer la démocratie et empêcher l’émergence d’une société politique efficace. Dans notre système politique pluraliste basé sur l’opposition entre la représentation politique (à cheval sur deux légitimités, historique et démocratique) et la hiérarchie militaire (à … Lire la suite de Dérision, pouvoir et politique

Ali Benflis ou mieux

Bien entendu il ne s’agit pas de personnaliser outre mesure, mais de rendre compte du programme qui peut être porté par les personnes : reproduire le système, que l’on peut considérer comme étant le programme minimum, ou conduire vers un Etat civil, le programme maximal. Car Ali Benflis se trouve tout désigné pour le programme minimum qui … Lire la suite de Ali Benflis ou mieux

Crédibiliser les institutions au sein de l’« Eurafrique » ou de la « Chindiafrique »

 1. L’impérialisme (la relation de domination internationale) approfondit l’asymétrie entre nations. Il produit des « nations riches »  qui accumulent les moyens de puissance et des « nations prolétaires » (Pierre Moussa 1960) qui perdent leurs moyens de subsistance. Il transforme la richesse des peuples dominés en pauvreté, il transforme nomades et agriculteurs en prolétaires misérables. Il plaque un … Lire la suite de Crédibiliser les institutions au sein de l’« Eurafrique » ou de la « Chindiafrique »