Entre le chaos, l’autoritarisme et la démocratie, d’un consensus à un autre.

Entre chaos, autoritarisme et démocratie, on passe du premier état au second grâce à un consensus implicite, du second au troisième grâce à un consensus explicite. C’est qu’entre ordre et désordre, la différence n’est peut être que relative : l’ordre chez l’un fait le désordre chez l’autre, quand celui externe ne pouvant être intériorisé empêche … Lire la suite de Entre le chaos, l’autoritarisme et la démocratie, d’un consensus à un autre.

Administrer nos compétitions, échanger nos populations

Nous sommes à nouveau mis à l’épreuve de transformer une faiblesse en force. Suite au ralentissement de la croissance mondiale, suite à l’émergence d’une nouvelle géopolitique des hydrocarbures, la baisse du prix de pétrole effraie beaucoup, de ce qu’elle pourrait signifier en termes d’intensification et de dégradation de la compétition sociale. La raréfaction des ressources … Lire la suite de Administrer nos compétitions, échanger nos populations

Privatisez sans y penser !

« Privatisez sans y penser » voilà ce que l’on pourrait considérer comme l’équivalent algérien du mot d’ordre chinois « enrichissez-vous ! ». Car qu’est-ce qui fait courir le monde ? Selon la théorie économique deux principales incitations : le profit et la propriété. Et quand une doctrine fait défaut[1], on ne peut qu’y aller sans trop y penser … en se … Lire la suite de Privatisez sans y penser !

Opposition et dissidence

Entrer en démocratie. Nous continuons de parler d’opposition et de partis d’opposition alors que le système n’a concédé leur existence et leur légalisation que pour mieux les disqualifier. Non pas que le système ait quelque nature maléfique, mais c’est qu’il représente une disposition de la société vis-à-vis d’elle-même et du monde. Il s’agit d’une société … Lire la suite de Opposition et dissidence

Le monde, la société, l’organisation comme intérêt composé

Nous allons ici parler un peu d’économie politique, d’intérêt, de rente, de système, de démocratie[1]. Il s’agit d’un « état de notions », susceptibles d’approfondissements, qui ne prétend pas à une validité universelle, mais à rendre compte d’une réalité particulière, celle dans laquelle nous vivons. La réflexion consiste à mettre nos intérêts dans ce que nous faisons. … Lire la suite de Le monde, la société, l’organisation comme intérêt composé