Destinataires en quoi ?

La démarche du Front des Forces Socialistes en ce qui concerne la promotion du consensus s’est adressée indistinctement au pouvoir et à la société. Il a eu l’occasion d’en débattre et de s’opposer à d’autres parties de l’opposition, en ce qui concerne le premier destinataire, pour que cela soit suffisamment clair aux yeux des observateurs. En ce qui concerne le dernier destinataire, il est descendu dans la rue pour distribuer ses documents, il a animé des conférences régionales à l’intérieur du pays pour signifier une telle destination.

Pourtant pour ne pas avoir séparé distinctement les deux démarches, le message est resté trouble et beaucoup se sont empressés de le manifester, méprenant l’opinion sur la démarche. Pour y voir plus clair, il faut faire l’analyse des parties prenantes d’une telle démarche[1].

De manière générale une démarche consensuelle concerne toujours des parties prenantes particulières, dans un état de fait particulier, en mesure d’influer sur les décisions et les actions qui peuvent l’affecter. Aujourd’hui nous sommes dans une situation où le pouvoir[2] est seul responsable : la société s’est démise et a été démise du pouvoir de décider et d’agir hors de ses tutelles. Mais le jour où ce pouvoir s’effondrera, ne pourra plus assumer le fardeau de la responsabilité collective, alors tout le monde sera responsable et devra pouvoir agir et réagir. Tout le monde sera alors partie prenante d’un état de fait qu’il faudra ordonner. C’est entre ces deux situations extrêmes qu’il faut se placer pour raisonner. Aujourd’hui il doit y avoir consensus des hommes de pouvoir afin que l’alternance au sein du pouvoir puisse s’effectuer de manière pacifique.

A partir de là on peut poursuivre de la manière suivante. Ce consensus ne concerne pas que des nationaux et ne concerne pas que les hommes de pouvoir. Par hommes de pouvoir il faut en effet entendre, tous ceux qui peuvent influer et agir, qu’ils soient nationaux ou étrangers. Nous sommes pris dans le monde, ne serait-ce que parce que nous le pourvoyons en énergie et achetons ses produits. Ses intérêts se mêlent aux nôtres sur notre propre territoire et dans le monde[3]. Nous ne pouvons configurer notre monde indépendamment de ce que le monde souhaite qu’il soit. Des intérêts étrangers et nationaux sont mêlés et il n’y pas dans ce seul fait immoralité.

Ensuite il est vrai que ce consensus n’oubliera pas le rapport qu’il faudra avoir avec la société et les dispositions qui l’animent. Le consensus des hommes de pouvoir visera à créer une certaine configuration de pouvoir, une certaine obéissance, soumission ou adhésion de la société pour réaliser ses fins. Il aura besoin d’un certain rapport au monde de la société algérienne : une société productrice de biens naturels et importatrice de produits manufacturés par exemple. Etant donné le rapport actuel de la société algérienne au monde, s’il n’est pas question de le modifier, les hommes de pouvoir pourront considérer la société comme étant indifférente et ne constituant pas une partie prenante du processus de décision. Par contre, s’il s’agit de le modifier, cela dépendra du type de modification qu’on voudra obtenir. S’il s’agit de conserver la nature du rapport au monde mais de réduire sa « voilure » alors une répression ou une résignation pourraient suffire. Mais s’il s’agit de changer la nature de son rapport au monde qui implique sa participation, alors la société deviendra partie prenante.

Un nouveau rapport au monde impliquera donc un consensus entre l’ensemble des parties prenantes de ce nouveau rapport, alors que le même rapport au monde laisserait la société indifférente au consensus des parties prenantes du pouvoir.

Si l’on prend le gaz de schiste comme exemple d’enjeu de pouvoir, on peut représenter l’intérêt des grandes entreprises étrangères dans une telle exploitation ainsi que l’intérêt du pouvoir algérien quant à leur autonomie vis-à-vis de leur société réciproque. Les unes étant interdites d’exploitation sur leur territoire d’origine et d’autres encore; le pouvoir algérien pour conserver la source de son autonomie. Mais on peut aussi se figurer l’intérêt ou le désagrément qu’ont les sociétés algériennes à conserver l’ancien rapport au monde. Renoncer à l’exploitation du gaz de schiste signifierait donc de nouvelles parties prenantes au pouvoir de décision et de nouveaux rapports entre l’ensemble des parties.

Nous pouvons ainsi conclure que le pouvoir est le premier destinataire du message comportant proposition de démarche consensuelle. Il peut se résumer à la question suivante : quelle insertion mondiale envisage-t-il pour la société algérienne ? Une nouvelle insertion et lequel ou le statu quo ? Le consensus est donc d’abord une adresse au pouvoir, pouvoir local et mondial, qui à défaut d’adopter une telle démarche peut conduire la société vers des ruptures dont on ne saurait souhaiter les conséquences. Dès lors que ce consensus fait une certaine place à un rapport actif de la société au monde, il est une adresse à celle-ci qui a défaut de développer un rapport plus équilibré avec le monde ne pourra pas soutenir son mode de vie actuel. Le consensus global qui accorde pouvoir et société et qui se fixerait dans un Etat de droit, aura lieu finalement sur la base d’une convergence mettant en jeu des transformations de rapports de pouvoir et de dispositions sociales de part et d’autres du monde.

Arezki DERGUINI

Bgayet le 30.03.2015

[1] Une partie prenante est une partie dont les intérêts, l’influence et les positions peuvent contribuer ou nuire au changement que vise une telle démarche.

[2] Notion que nous opposons à celle d’Etat de droit. Quand nous utiliserons le terme dans ce texte ce sera donc à la place de celui d’Etat.

[3] On rappellera ici que la souveraineté se mesure dans le poids que nous avons dans nos interactions avec le monde et non dans notre séparation d’avec lui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s