Constitution, élections présidentielles et consensus national

RADIO SOUMMAMVoici un compte rendu, avec quelques additifs, de ma participation à l’émission de radio Soummam du 23.02.2015 sur le thème « Entre la révision de la Constitution, la conférence du consensus national, la démarche de la CNLTD et l’initiative de dialogue du MSP … Quel changement à l’horizon ? »

J’ai d’abord prévenu qu’ayant été invité personnellement par la radio et n’ayant pas été mandaté par mon parti je m’exprimais en mon nom personnel.

1. Les trois initiatives : élections, Constitution et consensus.

J’ai commencé par intervenir sur le sujet des différentes initiatives politiques. J’ai situé les trois initiatives relativement l’une à l’autre (la nouvelle du MSP n’en étant pas une réellement, mais chevauchant à souhait celles existantes) selon leur rapport aux trois termes : élections, Constitution et Consensus. Chacune ayant un point de départ différent.

a) Constitution puis élections. Le pouvoir veut une constitution pour aller aux élections présidentielles. Le Consensus est absent de la démarche. (Je préciserai ici : Il est en vérité interne au pouvoir qui n’accepte pas de s’en remettre à la société pour arbitrer de ses divisions.)

b) Elections puis Constitution. La CNTLD veut des élections sous contrôle indépendant pour aller à une Constitution. Le Consensus est absent de la démarche. (On peut préciser ici : On peut supposer que le Consensus est externe au CNLTD, il est absent de la démarche politique explicite.) La démarche repose sur la croyance que les élections feront la légitimité des institutions.

La question de la légitimité des institutions opposent les démarches (a) et (b). L’une la suppose, l’autre la recherche au travers d’élections honnêtes.

Au terme des deux démarches, au cours (contrôle du processus électoral) ou après les élections (contestation des résultats) une opposition (réelle ou factice) est programmée.

c) Consensus puis élections et enfin Constitution. La conférence nationale du consensus veut un consensus pour aller à des élections puis une Constitution. Les parties qui s’accordent lors du consensus ne s’opposent plus au terme des élections.

2. Pouvoir, parties prenantes, consensus.

J’ai ensuite voulu clarifier ce que l’on entend par Consensus et soutenir l’idée qu’il y a toujours consensus concernant les parties prenantes du pouvoir. Le problème étant de savoir dans la nouvelle conjoncture qui seront les parties prenantes et la société en fera-t-elle partie ?

Pendant la guerre de libération nationale ce fut celui de l’objectif d’indépendance autour du FLN, comme représentant unique du peuple algérien. Pour les premières élections libres algériennes qui furent interrompues, les résultats des élections ne furent pas ceux attendus par les dirigeants, les élections furent remises en cause et le consensus des éradicateurs (les « janviéristes ») fut imposé par la force. Pour l’Egypte, il y eu un consensus pour le « dégage » de Moubarak, mais pas autour d’un gouvernement démocratique, l’armée revint pour départager. Pour la Tunisie, il y eut un consensus pour chaque étape.

3. Pouvoir, parties prenantes, peuple et consensus.

Dans la dernière intervention, j’achevais de poser la question de savoir si le peuple ou la société serait partie prenante du pouvoir et de demander ce que pouvait apporter l’opposition à la société que ne pouvait apporter le pouvoir ?

J’expliquais que la richesse ayant été naturelle (sol et sous-sol), la force armée n’avait pas besoin d’autres forces pour la contrôler, faire tenir la société en la distribuant. Mais à partir du moment où cette richesse s’épuise qu’est-ce qui fera tenir cette société ? Si le travail doit être transformé en richesse, alors il faudra accepter que la société puisse être une partie prenante du pouvoir. Si le secteur de la sécurité veut ne pas céder aux forces de la fragmentation, il devra se restructurer pour réduire ses charges et accorder, pour son financement, au travail des secteurs productifs une place comme partie prenante du pouvoir.

Et de demander en quoi pouvait consister l’offre politique de l’opposition dans une telle conjoncture ? Une répartition plus juste des richesses ? Comment pourrait être justifié un élargissement du pouvoir à de nouvelles parties prenantes dans une conjoncture de réduction du pouvoir d’achat ? A quoi pourrait conduire un accroissement du nombre des convives quand ce qui a vocation à être servi se réduit ?

(J’ajouterai ici : Que peut offrir l’opposition que ne peut pas offrir les parties prenantes du pouvoir actuel ? De la liberté ? de l’égalité ? Sous quelles conditions ? )

4. Quels changements à venir ?

A cette question finale, j’ai répondu brièvement que 1. Le pouvoir irait probablement vers une révision de la Constitution, qui ne concernera que lui (ses anciennes parties prenantes).

L’opposition se préparera pour les élections et leur contrôle. (Je peux ajouter maintenant que 2. Un affrontement se préparerait au désavantage de la société, si les résultats ne sont pas ceux attendus par le pouvoir.)

Le Front des forces socialistes accompagnera le mouvement social et politique, mais restera vigilant pour rappeler aux citoyens (pouvoir et société), après les élections, que le consensus attend toujours pour assurer la stabilité. (J’ajouterai maintenant : En particulier si la société ayant décidé de se mettre en mouvement a participé aux élections et a décidé de se donner un président.

Le scénario le plus vraisemblable est que la conférence nationale du consensus ne pourra se tenir réellement que lorsque la société aura décidé de se mettre en mouvement lors des prochaines élections présidentielles. )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s