Migrations, politiques de l’échange, dette et austérité. Pour un modèle de croissance universel.

FSMLes migrations résultent de l’échec du déversement des populations de secteurs traditionnels en crise vers un secteur moderne dynamique de substitution. Elles sont le résultat d’un déversement de la population des centres traditionnels déstructurés vers des centres de gravité dynamiques de l’activité mondiale. Elles sont le résultat d’une soumission des populations à des marchés dominants. Les marchés ne sont pas des réalités transcendantes, ils sont des constructions, les résultats de contrats passés entre individus et collectivités. Les marchés aujourd’hui sont sous la domination des marché financiers. Il n’y a pas de marché libre.

Les politiques de l’échange ont toutes pour effet de soumettre les différents centres d’activité du monde à l’attractivité des centres de gravité financiers. La libéralisation financière libère les flux pour les polariser sur les centres majeurs. La Liberté d’échange détruit les conditions locales d’échange en faveur des conditions générales de l’échange. Elle ne respecte pas les libertés individuelles. Elle soumet les libertés individuelles à la liberté de l’argent.

La liberté d’échange comme droit de l’homme, comme liberté de contracter, est confisquée par les conditions dominantes de l’échange. Les Etats centraux sans contrepouvoirs sociaux sont soumis à des puissants lobbies, ils sont les instruments de cette confiscation. Ils sont les complices du capital financier. Le monopole monétaire est devenu un ennemi de la liberté de contracter et de former des marchés libres. Il est l’instrument de la liberté et de la domination de l’argent et de ses puissances émettrices.

La dette est le résultat d’un renversement du rapport entre production et consommation. Les sociétés riches qui produisaient plus qu’elles ne consommaient, consomment plus qu’elles ne produisent. Ce renversement est le fait d’une part, d’une nouvelle distribution mondiale de l’offre et du pouvoir d’achat, d’une nouvelle division internationale du travail inattendues, d’autre part d’un accroissement des dépenses sociales causé par le vieillissement des populations. Elle est le résultat d’une politique keynésienne de soutien de la demande en contexte de stagnation et de nouvelle répartition du pouvoir d’achat global. Elle est le résultat de fausses anticipations et de fausses actualisations. Demain sera différent d’hier et pas comme prévu. Après la décolonisation, la régionalisation de l’Europe.

L’austérité, politique inverse et sanction de la politique keynésienne, métastase de l’universalisation du mode de vie occidental, conduit à la remise en cause de l’ancien contrat social fordiste dans les anciennes métropoles. Contrat social qui avalisait la soumission des marchés aux marchés financiers. Elle approfondit la crise si elle n’est pas une cure qui prépare la voie à un nouveau modèle de croissance plus universel, en mesure de satisfaire aux exigences du monde sur une base équitable.

La crise est le résultat d’une universalisation du « mode de vie occidental » mais non de ses conditions de production. La crise du modèle de croissance, l’échec de son universalisation, conduit à une activation de la « guerre des civilisations », à une réactivation des nationalismes, à de nouvelles compétitions guerrières. Le nouveau modèle de croissance ou de développement, la répartition de ses charges et profits, suppose une nouvelle répartition des populations et des capitaux. Les libertés de circuler et de contracter, ne doivent pas rester du ressort du capital financier. Elles doivent concerner le capital productif et le capital humain. Elles doivent être réappropriées par les populations.

DERGUINI Arezki

Bgayet le 25.03.13

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s