D’un mauvais choix … à un autre ? Bejaia : l’hébergement des étudiants dans des logements sociaux.

Pour la rentrée universitaire prochaine, les structures universitaires d’hébergement de la wilaya de Bejaïa ne seront pas en mesure d’accueillir le nouveau flux d’étudiants. Comme solution palliative, il est question de leur attribuer des logements sociaux. L’année passée, la solution palliative au déficit en matière de structures pédagogiques et d’hébergement aura été d’envoyer les nouveaux bacheliers dans les autres universités du pays, principalement celles limitrophes de Sétif et Jijel.

J’ai personnellement exprimé lors d’une réunion avec le Wali, tenue l’après-midi du mardi 21 août, mon point de vue quant à cette nouvelle solution palliative qui fait supporter le droit des étudiants par la population la plus démunie de la wilaya qui attend un logement depuis une éternité. Car cela signifie une double régression des droits de la population de Béjaïa. A partir du postulat que les étudiants veulent étudier chez eux, pour diverses raisons (études en français, mixité, proximité familiale), ceux-ci devront accepter les conditions d’études qui leur seront faites dans leur wilaya, ils s’exposent ainsi à ne pas bénéficier des mêmes droits que les autres bacheliers algériens. S’ils font passer leur droit d’étudier chez eux avant celui de partager les mêmes droits que les autres étudiants algériens en matière de places pédagogiques et d’hébergement, ils devront accepter de voir se dégrader ce même droit. De plus ce choix les porte à être opposés à une partie de la population à laquelle l’usage des structures d’hébergement a été soustrait (les candidats aux logements sociaux) et à un environnement qui n’a pas été préparé à les accueillir.  Par conséquent cela risque de conduire à une plus grande dégradation du climat social et politique dans la wilaya.

Pour terminer, il me faut souligner qu’aucune solution en elle-même ne constitue la panacée. Chacune vaut pour le contexte particulier dans lequel elle a été retenu. Le plus important est que la solution puisse contenter les différentes parties concernées. Mais dans le cas présent, admettre le  postulat que les étudiants doivent étudier chez eux, dans un contexte de déficit durable en matière de structures pédagogiques et d’hébergement, me paraît porteur de conséquences fâcheuses pour la disposition et la distribution des ressources au sein de la wilaya. Loin d’aider la wilaya à sortir de son état déficitaire, cela risque de l’enfoncer dans une confusion plus grande.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s